PARUTION - Gilles Deleuze

"L’analyse de film avec Deleuze", par Jean-Pierre ESQUENAZI, CNRS Editions

Prix : 22 €

Cliquez ici pour plus de détails.

Au Cinéma Grand Action le 24 juin 2017 à 20h : L'Amour à la Mer (1962) et Paris un jour d'hiver (1965), de Guy Gilles

Cliquer ici pour voir le programme au cinéma Grand Action 

Séances présentées par Mélanie Forret. 

L'amour à la mer

 Guy Gilles

Avec  Bernard Verley, Jean-Pierre Léaud, Jean-Claude Brialy.

Drame US
Durée : 01:13mn | Année de production : 1962
Couleur/nb | Mono | 1.37

Une jeune parisienne tombe amoureuse d'un marin rencontré à Deauville. Mais l'automne arrive et les deux amants doivent se séparer. Ils s'écrivent, chacun vivant sa vie, lui à Brest avec ses copains, elle à Paris, dans l'attente de le revoir.

 

Séances en avant programme : Paris un jour d'hiver Guy Gilles | 1965 | 00:09

« Un poète a dit rien n'est plus beau que Paris, sinon le souvenir de Paris. Comme le dit une parisienne rencontrée dans une rue, Paris nous accroche. Pourtant à force de voir Paris, il peut nous arriver d'oublier la curieuse et belle chose d'y vivre. Traverser chaque jour une carte postale. Il y a dans les rues de Paris, mille occasions de rêver et les vieux cafés c'est déjà du cinéma. » _Paris un jour d’hiver_.

 

"A 20 ans à peine, Guy Gilles tourne à la fin des années 50 ses premiers courts-métrages en Algérie, sa terre natale où il passe son enfance et son adolescence. Profondément marqué par la lumière méditerranéenne, et le souvenir de sa mère disparue, les films en porteront la trace tout au long de son œuvre. Mais c’est Paris qui reste la ville la plus filmée par le cinéaste, ville rêvée où tout lui semblait possible, où la liberté l’emportait sur les jours difficiles, en témoignent les mots de Guy, personnage secondaire de _L’Amour à la mer_, interprété par le cinéaste lui-même : « _L’amour de Paris, ça ne s’explique pas, c’est comme l’amour tout court. Tu ne peux pas imaginer combien j’ai aimé Paris, combien j’ai aimé être seul dans cette grande ville_ ». Gare, cimetière, jardins, chambres d’hôtels, cafés, Guy Gilles filme par touches, s’échappant toujours de son récit principal pour glisser vers des dérives poétiques et impressionnistes. A la fois proche et détaché de la Nouvelle Vague, tout comme du cinéma _underground, _cette œuvre_ _à part, que le public vu peu, força l’admiration de critiques tels que Jean-Louis Bory, Henry Chapier, Claude Mauriac, ou encore plus secrètement, celle de Marguerite Duras, amie du cinéaste."

Séance nomade du Collectif Jeune Cinéma, en partenariat avec le cinéma Le Grand Action. Copies 35mm issues des collections de la Cinémathèque Française, avec l’aimable autorisation des Films du Jeudi et de Lobster.

 

DERNIÈRE SÉANCE du séminaire mensuel Kinétraces

Lundi 19 juin 2017
18h-20h

Nous aurons le plaisir d'écouter :

- THOMAS PILLARD (Université Paris 3 et Bordeaux Montaigne / IRCAV) : « Air France et le cinéma : histoire et archives d’une rencontre audiovisuelle »

- DANIEL MORGAN (Université Paris 3 / IRCAV) : « Rétablir la légitimité de l’État : la justice pénale dans le cinéma français de l’après-guerre »

Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3
Campus Censier, salle D37
13 rue Santeuil, Paris 5e
Métro : Censier-Daubenton

On espère vous y retrouver nombreux !

6e édition du Champs-Élysées Film Festival 2017

Du 15 au 22 juin 2017

Au programme, entre autres :
- des compétitions de longs et courts métrages français et américains
- des avant-premières françaises et américaines
- des rencontres, des tables rondes
- les (Re)Découvertes, une sélection de films cultes dans des versions alternatives

Cliquez ici pour en savoir plus.

COLLOQUE DE LA FCAFF Fédération des Cinémathèques et Archives de Films De France

Mardi 20 juin 2017, 9h-12h30

"La première partie du colloque concerne les dispositifs de médiation au cinéma, la mémoire filmique, la programmation de films amateurs et les nouvelles interactions avec le public.
La seconde partie aborde les collaborations avec le CNC, la diffusion des films du patrimoine en salles et les partenariats possibles avec les Cinémathèques en régions."

Cinéma Jean Renoir
Allée Jean Renoir
13500 Martigues
Entrée libre, ouvert aux professionnels et au public

Programme

RÉTROSPECTIVES - Cinémathèque Française

En ce moment à la Cinémathèque française, plusieurs rétrospectives sont au programme :

- Révisons nos classiques, du 31 mai au 29 juillet
- John Boorman, du 1er au 25 juin
- Cinéma français des années 1930, du 7 au 29 juin
- Mauritz Stiller, du 14 juin au 5 juillet

Ouverture de la rétrospective consacrée à Mauritz Stiller mercredi 14 juin à 20h avec la projection du film "À travers les rapides" (1921), avec accompagnement musical par Karol Beffa.

Conférence, jeudi 15 juin, à 19h
"Mauritz Stiller : destination Garbo", par Mathieu Macheret

La Cinémathèque française
51, rue de Bercy - Paris 12e

Cliquez ici pour en savoir plus.

COLLOQUE INTERNATIONAL - Rome

"Vers une esthétique du spectaculaire. Le cinéma muet italien au croisement des arts plastiques, scéniques et décoratifs 1896-1930"

Organisé par Céline Gailleurd et Jérôme Delaplanche avec le concours de l’Académie de France à Rome, le Labex Arts-H2H, l’Université Paris Lumières, l’Université Paris 8 et la CSC – Cineteca Nazionale di Roma, et la participation de la Cineteca di Bologna.

Jeudi 15 et vendredi 16 juin 2017
Académie de France à Rome - Villa Médicis

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Interventions en français, anglais et italien.

Programme

Projection - Cinéma Thaïlandais

Soirée de clôture du cycle Kinétraces "L'Homme à la caméra : du tourneur de manivelle au chef-opérateur"

THAE PRAKATWUTHISAN et RAT PESTANYI :
Naissances d’un opérateur pionnier et d’un « auteur » esthète dans le cinéma thaï d’après-guerre (1949-1954)

Comment l’art de la prise de vues cinématographique vit-il le jour en Thaïlande, dans l’ancien royaume de Siam ? Comment y devint-il un corps de métier à part entière, et selon quels modèles d’inspiration ? Quels furent ses grands pionniers ?

Aliosha Herrera (spécialiste du cinéma thaïlandais), mettra en lumière l'art des opérateurs thaïlandais par la présentation de sources et archives rares, suivie de la projection de :

SANTI ET WINA de « Marut » (Thawi Na Bangchang), assisté de Wichit Khunawut. 1954 (2h),
Film restauré numériquement (projeté à Cannes Classics 2016), copie en provenance de la Cinémathèque thaïlandaise.

Mardi 6 juin 2017

19h, à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé

73, Av. des Gobelins - 75013

Appel à contributions - Revue "Images Secondes"

Danse et cinéma: la recherche en mouvement

Le premier numéro d’ Images Secondes se propose d’interroger les rapports multiples qui
existent entre danse et cinéma depuis la naissance du « septième art ». Alors que la recherche sur la
danse au cinéma a longtemps été marginale et de ce fait cantonnée à une redéfinition perpétuelle de
son objet, la dynamique actuelle de ce domaine d’étude laisse désormais entrevoir une multiplicité
d’approches. Suivant les pistes esquissées par la recherche anglophone, un nombre grandissant de
chercheurs francophones publie en effet, depuis moins de dix ans, une quantité croissante d’articles,
de thèses et d’ouvrages sur les images et les usages de la danse au cinéma. Dans ces travaux aux
corpus hétérogènes, l’histoire culturelle se mêle à l’esthétique ou aux gender studies et l’étude de
modalités de création chorégraphiques appliquées au cinéma croise les efforts de définitions
génériques des divers films de danse. Une pluralité de thèmes oriente ces méthodologies :
façonnages des corps, politiques des gestes, occupation des espaces, bruits, rythmes et musicalité,
(a)narrativité du mouvement dansé, expérience spectatorielle, etc.

Le premier numéro d’ Images Secondes vise à participer à l’élaboration d’une littérature
critique sur les problématiques, diverses et complémentaires, qui interrogent la présence de la danse
au cinéma. La mise en regard de contributions puisant dans les études cinématographiques, mais
aussi les études en danse, en musique, ou plus largement dans histoire de l’art et les sciences
humaines, permettra d’enrichir cette réflexion critique et d’ouvrir de nouvelles perspectives.

Les propositions doivent être envoyées jusqu'au 30 juillet 2017.

Cliquez ici pour en savoir plus.

ARCHIVES SONORES

"L'oiseau des vacances" de Jean Eustache

Un document sonore rare et inédit mis à disposition par la Cinémathèque française dans le cadre de la rétrospective consacrée à Jean Eustache.

En juillet 1981, Bernard Faivre d'Arcier, le directeur du Festival d'Avignon, crée Radio Festival, une des premières radios libres. Il donne carte blanche à Georges Lavaudant pour inviter les auteurs contemporains qui comptent à ses yeux, dont Jean Eustache. Eustache ne sort alors plus de chez lui mais lui fait parvenir une cassette audio...

La rétrospective Eustache se poursuit jusqu'au 27 mai.

Cliquez ici pour en savoir plus.

Page 2 sur 41