La séance au prisme des études spectatorielles

Programme

Séminaire Kinétraces 2018

Archives mensuelles : janvier 2018    

carte postale des années 1910, collection privée de M. Nicholas Hiley

Le spectateur distrait : les femmes dans les salles de cinéma au début du XXe siècle

Mireille Berton (Université de Lausanne)

Cette intervention propose d’analyser la manière dont la présence des spectatrices a été appréhendée dans les années 1910 et 1920, de sorte à mettre en évidence la prédominance de discours portant sur la visibilité des femmes dans des espaces publics jusque-là dominés par les hommes. Qu’il s’agisse de déplorer les cris des bébés qui accompagnent leur mère, de critiquer les chapeaux volumineux qui cachent l’écran ou de se plaindre de leurs épanchements sonores, les femmes sont considérées comme une entrave au rituel cinématographique. Aux côtés des discours sur les désagréments causés par leurs excès physiques et psychologiques, il en est un autre qui s’est développé sous différentes facettes : l’attraction que représente le corps de la spectatrice, laquelle est en droit de visiter les vues animées sans forcément être escortée par un homme. La spectatrice apparaît alors comme un objet de regard et de désir, au même titre que le film concentre l’attention du public – cette concurrence mettant en évidence l’association implicite entre la femme et les pouvoirs suggestifs des images mouvantes. Aussi, si la fréquentation des lieux de projection par les femmes dérange ou interroge, c’est notamment parce que leur corps constitue un pôle d’attraction qui vient distraire les spectateurs masculins. En ce sens, la femme empêcherait la bonne réception du film et inviterait de manière plus ou moins active aux comportements libertins. Les dangers d’une telle promiscuité sont alors très régulièrement évoqués dans la culture visuelle de l’époque ainsi que dans les discours des réformateurs qui craignent les effets négatifs du cinéma sur les comportements sexuels. Cependant, la co-présence des femmes et des hommes dans les salles ne fait pas uniquement l’objet d’une stigmatisation au prétexte qu’elle constituerait un obstacle à la constitution progressive d’un spectacle discipliné obéissant aux normes du bon goût bourgeois ; elle permet également d’offrir un accès à des expériences sociales et sexuelles alors inédites, offrant aux femmes une forme d’émancipation en dehors de l’espace domestique. Avec l’appui de documents d’époque (coupures de presse, ouvrages, cartes postales, films, articles de revues de cinéma, etc.), je souhaite explorer les enjeux liés à la dimension excessive de la spectatorialité féminine, afin de mettre en exergue la complexité de certains discours et représentations partagés entre indignation et fascination, mais aussi entre respect des codes moraux, enthousiasme pour la modernité et opportunisme économique.

Mireille Berton est maître d’enseignement et de recherche à la Section d’Histoire et
esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne. Ses recherches et ses enseignements portent principalement sur les rapports entre cinéma et sciences du psychisme, avec un intérêt particulier pour une approche croisant histoire culturelle, épistémologie des médias et gender studies. Elle est l’auteure de Le Corps nerveux des spectateurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900 (L’Âge d’Homme, septembre 2015), et elle a co-dirigé avec Anne-Katrin Weber La Télévision du Téléphonoscope à YouTube. Pour une archéologie de l’audiovision (Antipodes, 2009). Elle travaille actuellement sur la représentation du fantôme et du médium spirite dans les films et séries télévisées contemporains (ouvrage à paraître chez Georg en 2018).

Intervention dans le cadre du séminaire Kinétraces 2018.

Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins) – De 18h à 20h

Séminaire « La séance de cinéma » : programme

La séance de cinéma : sémantique, pratiques, imaginaires

Une séance par mois, de janvier à juin, de 18h à 20h
Université Paris 7 (5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris)
Salle 682C (Bâtiment des Grands Moulins)

Lundi 29 Janvier : Ouverture du séminaire

La séance au prisme des études spectatorielles, Introduction par les porteurs du projet Séance(s)

Mireille Berton – Maître d’enseignement et de recherche, Section d’histoire et esthétique du cinéma, Faculté des Lettres, Université de Lausanne : « Le spectateur distrait : les femmes dans les salles de cinéma au début du vingtième siècle ».

Jeudi 22 février : Les dispositifs de la séance de la période muette

Ferdinando Gizzi – Docteur en Histoire des Arts et du Spectacle, Université de Florence. Chargé des acquisitions en langue italienne au département du Développement des collections de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) : « La séance de projection lumineuse à caractère pédagogique/religieux selon le Fascinateur (période 1903-1914) : un essai de reconstruction ».

Marion Polirsztok – Chercheuse post-doctorale en études cinématographiques et audiovisuelles – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « Entre la scène et l’écran : atmosphère et imaginaire du Prologue dans la séance de cinéma aux Etats-Unis dans les années 1920 ».

Mercredi 28 mars : Programmation et pédagogie, quels enjeux ?

Léo Souillés-Debats – Maître de conférence en études cinématographiques, Université de Lorraine : « ‘‘Présentation-projection-discussion’’ : la séance de ciné-club ou quand la salle de classe rencontre celle du cinéma ».

Eric Gatefin – Professeur en lettres modernes, Université de Tours – et Philippe Sellier – Responsable de la culture, commune de Saint-Florent-sur-Cher : « La programmation art et essai en milieu semi-rural : économie, enjeux, pratiques ».

Jeudi 26 avril – Les séances de cinéma « projetées en » littérature

Nadja Cohen – Chercheuse post-doctorale du FWO (fonds flamand de la recherche) en études littéraires, Université KU Leuven de Bruxelles : «Entrée des fantômes : la séance de cinéma dans le roman français contemporain »

Philippe de Vita – Professeur en lettres modernes, Université d’Orléans : « Projection du film, projection de la mémoire : la séance de cinéma dans les textes autobiographiques de cinéastes ».

Mercredi 16 mai : Les séances en institutions

Beatriz Tadeo Fuica, Docteur en films studies – Université de Saint Andrews / Marie Sklodowska Curie Fellowship – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « Croisements entre l’Europe et l’Amérique du Sud : une étude de séances organisées par des cinémathèques au cours des années cinquante ».

Stéphanie Louis – Chercheuse post-doctorale en histoire, Institut d’Histoire du Temps Présent/CNRS : « Le génie et l’ordinaire. Représentations de la programmation cinématographique dans le milieu culturel ».

Jeudi 7 Juin : Le principe de séance peut-il s’exporter hors de la salle ?

Olivier Aïm – Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Celsa Paris-Sorbonne : « Existe-t-il un principe de séance dans le cas de la télévision ? ».

Jonathan Pouthier – Attaché de conservation et chargé de la programmation – Centre Pompidou : « Les salles/espaces de cinéma au Centre Pompidou ».

Avec le soutien de la Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 ; de l’Université Paris Diderot – Paris 7 (CERILAC, axe EMOI) ; et du laboratoire ESTCA de
l’Université Paris 8.

Exotiques

La fondation Pathé diffuse des films rares sur l’Asie d’antan

en coopération avec Musée Guimet, Goethe Institut et Kinétraces.

En lien avec l’exposition Enquêtes vagabondes, le voyage illustré d’Emile Guimet en Asie, le Musée national des arts asiatiques – Guimet et la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé retracent depuis la naissance du cinéma, l’image que les réalisateurs français, américains et allemands avaient du continent. Une plongée dans le(s) regard(s) exotique(s) du début du 20e siècle.

jusqu'au 4 février 2018

Programme :  http://fondation-jeromeseydoux-pathe.com/projections

APPEL À COMMUNICATIONS “Problématiques et enjeux de la distribution et de la vente internationale de films et des séries à l’ère numérique”

Colloque international organisé par l’Institut de recherches sur le cinéma et l’audiovisuel (IRCAV), de l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

8 et 9 décembre 2017

INHA
Maison de la Recherche de l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Après deux colloques portant sur la situation des producteurs et des exploitants de cinéma, l’IRCAV poursuit son exploration des acteurs de la filière cinématographique en consacrant un colloque international à la situation des distributeurs, élargissant sa réflexion jusqu’à la distribution audiovisuelle. Le choix d’étudier ces deux métiers ensemble résulte d’une volonté de comparaison permettant de faire émerger des zones de différenciation, mais aussi des problématiques communes résultant de l’évolution plus globale de l’économie de l’audiovisuel aujourd’hui avec le numérique et la mondialisation. Peu étudiées dans l’ensemble, la distribution cinématographique et audiovisuelle, maillons très fragiles de la filière cinématographique et audiovisuelle, ont un rôle fondamental à jouer dans la promotion de l’innovation et la préservation de la diversité de l’offre.

Les communications pourront notamment s’inscrire dans l’un des axes thématiques suivants :
1. La distribution : quelle forme d’intermédiation ?
2. Situation de la distribution indépendante aujourd’hui
3. Évolutions du métier du distributeur (savoir-faire, compétences, marchés)
4. L’enjeu de l’international pour les distributeurs de films et de programmes audiovisuels

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’une page environ, comportant le titre, la problématique, le corpus et la méthodologie, sont à envoyer, accompagnées d’un court CV, avant le 15 septembre2017 aux adresses suivantes :

- This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
- This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Cliquez ici pour en savoir plus.

RÉSIDENCE: Cité internationale des arts

En automne 2017, la Cité internationale des arts propose un programme de résidences-ateliers pour les artistes professionnels dans différentes disciplines : arts visuels, musique, écritures et spectacle vivant.

Les durées de résidence s’accordent au projet de l’artiste et peuvent débuter dès novembre 2017. Les artistes sélectionnés ont à leur charge le financement de leur résidence.

Les candidatures pour les commissions sont ouvertes jusqu’au 4 septembre inclus.

Cliquez ici pour en savoir plus.

APPEL À COMMUNICATIONS 11e édition de l'Orphan Film Symposium / LOVE

Organisé par NYU (New York University Cinema Studies) et Dan Streible

11-14 avril 2018

Museum of the Moving Image
36-01 35th Ave, Queens, NY 11106, États-Unis

Comme chaque année, étudiants, archivistes, conservateurs, archivistes, artistes, collectionneurs, sont invités à présenter des fonds rares d'images cinématographiques, qualifiés d'orphelins, et en lien avec le thème proposé. Cette année : l'amour, dans tous les sens du terme, romantique, spirituel, filial, physique, religieux, parental, empathique...

Les propositions de communication (entre 15 et 30 minutes, incluant les temps de projection des éléments) sont à envoyer par e-mail à This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it., avant le 28 août de préférence.

Cliquez ici pour plus d'informations.

Journée doctorale de L'AFECCAV - 8 septembre 2017 Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

JOURNÉE DOCTORALE DE L’AFECCAV

  AFECCAV

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Vendredi 8 septembre 2017, 9h-18h

La Journée doctorale 2017 de l’Association française des enseignants et chercheurs en cinéma et audiovisuel (AFECCAV) est organisée par Pierre Beylot (Bordeaux Montaigne, CLARE), Kira Kitsopanidou (Paris 3, IRCAV), Sarah Leperchey (Paris 1, ACTE) et Delphine Robic-Diaz (Montpellier 3, RIRRA 21), avec le concours de l’école doctorale Arts Plastiques, Esthétique et Sciences de l’Art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 Comité scientifique :

Vincent AMIEL (Paris 1, ACTE)

Pierre BEYLOT (Bordeaux Montaigne, CLARE)

Kira KITSOPANIDOU (Paris 3, IRCAV)

Sarah LEPERCHEY (Paris 1, ACTE)

José MOURE (Paris 1, ACTE)

Delphine ROBIC-DIAZ (Montpellier 3, RIRRA 21)

PROGRAMME en PDF de la Journée Doctorale de L'AFECCAV du 8 septembre 2017 à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne 

 

PROJECTION Hommage à Pathé : Abel Gance par Élodie Tamayo

Dans le cadre de l'hommage au distributeur Pathé, projection de Paradis Perdu (1940) d'Abel Gance, suivi d'une discussion avec Élodie Tamayo, présidente de l'association Kinétraces et spécialiste de Gance.

13 juillet, à 19h45

Cinéma Le Saint-André des Arts
30 Rue Saint-André des Arts, 75006 Paris

En 1913, Pierre épouse Janine puis part a la guerre alors qu'elle est enceinte. Il apprend au front qu'elle est morte en donnant le jour a une fille. Il rentre, désespéré, ne veut pas voir sa fille et cherche en vain son paradis perdu. Mais le jour ou il accepte de reconnaitre son enfant, il retrouve une raison de vivre.

CFP: Symposium – Curating the Global Film Archive

28 October 2017

In 2017 Africa in Motion Film Festival collaborates with the Universities of Glasgow and Stirling on a year-long AHRC-funded project entitled Africa’s Lost Classics. This project aims to bring to UK screens some of the greatest African film classics, works that have been neglected or forgotten. Through this project, contacts with archivists around the world have led to discoveries of films that were deemed lost, and collaborations with restorers have brought old and decaying film reels back to life. As such, we became newly aware that curators can re(dis)cover old films and transform films’ material deterioration into the cinematic experience the film was made for. By organising, as part of this project, a one-day symposium on curating the global archive, we aim to place African cinema at the centre of the global film archive, while providing a context of worldwide archival curation and research.

During the Africa in Motion annual film festival and Black History Month in the UK in October 2017, we are also curating a large exhibition entitled African Film: Looking Back Through the Lens in Glasgow. Curated in conjunction with the Africa in Motion film festival and the symposium, this exhibition is motivated by the desire to revive lost histories, spaces and times, and it includes 15 key classic films accompanied by posters, contextual information and film clips.

We invite scholars to submit abstracts on topics related to practical and theoretical uses of worldwide film archives, and the relationship between archives and curation. We are interested in the archives of the world: from the Balkans to the Far East, Beirut to Seattle, the Cape to Cairo. Without wanting to limit the scope of the symposium or proposed papers, some of the central questions we wish to explore are:

● What is the role of the curator in bringing the archive to life?

● How do archives and film festivals perform as sites of memory and commemoration?

● Can festivals act as archives?

● How do we best access archives if the materiality of film is under threat?

● What has the digital revolution contributed to the preservation of cinema?

● What is the role of the archivist in curating retrospectives?

● How do history and the present enact the discourse between contemporary films and archival footage?

● How do films, archives and the cinema as a public space interact with the present and the future, and what is the archive’s role in preservation and access?

Please send 250-word abstracts and 100-word biographies (including relevant publications) to the conference organisers Dr. Lizelle Bisschoff atThis email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.Lizelle.Bisschoff@glasgow.ac.ukand Dr. Stefanie Van de Peer atThis email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.Stefanie.Vandepeer@glasgow.ac.ukby 31 August 2017. Delegates will be notified of their acceptance by 15 September. We regret we have no funding available for travel or accommodation but delegates will have the opportunity to attend film screenings of restored African Classics at the Africa in Motion film festival (27/10 – 5/11) in Glasgow and/or Edinburgh, and visit the accompanying exhibition.

 

APPEL À COMMUNICATIONS « Littérature, cinéma et culture visuelle »

Colloque international organisé dans le cadre d’un programme de recherche de trois ans entre l’IRCAV (Paris 3), NYU et Paris 7.

12-14 avril 2018
Maison de la Recherche de la Sorbonne nouvelle-Paris 3

Ce programme de recherche porte sur l’étude des rapports entre le cinéma et la littérature. Il débouche sur trois colloques internationaux qui sont ouverts à des chercheurs en littérature et études cinématographiques d’autres institutions.
Dans ce cadre, cette première manifestation souhaite aborder la culture visuelle - définie provisoirement comme un espace de coexistence de dispositifs visuels, de discours, de représentations permettant les regards d'un médium sur l'autre, l'émergence de formes d'emprunts, d'hybridation et d'intermédialité - comme une médiation pour penser la relation entre la littérature et le cinéma.

Les propositions de communication (500 mots max.) ainsi qu’une bio-bibliographie sont à adresser par e-mail (This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ; This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.) avant le lundi 4 septembre 2017 dernier délai.
Les communications peuvent être en français ou en anglais.

Cliquez ici pour plus d'informations.

APPEL À COMMUNICATIONS « Écrire sur le cinéma d’animation »

Colloque international organisé par Jean-Baptiste Massuet, Marie Pruvost-Delaspre, Nicolas Thys et Pascal Vimenet. Deuxième colloque d’études francophones initié par le comité scientifique de la NEF Animation.

1er et 2 décembre 2017
à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris).

Il se propose d’ébaucher un premier état des lieux de l’écriture critique et théorique sur le cinéma d’animation – entendu dans une dimension comparative internationale, historiographique, herméneutique, méthodologique, éditoriale, lexicale, stylistique et esthétique, incluant les pratiques contemporaines.

Les propositions (titre et résumé de 500-600 mots) accompagnées d’une courte bio-bibliographie de 125 mots environ (nom, institution et publications importantes) doivent être envoyées pour le 31 juillet 2017 au plus tard aux quatre adresses suivantes :

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Les réponses du comité scientifique seront adressées au plus tard le 11 septembre 2017.

Cliquez ici pour plus de détails.

Page 1 of 42